Stop loi sécurité globale. DEFENDONS LA LIBERTE D’INFORMER, DEFENDONS LA LIBERTE DE MANIFESTER

APPEL A LA MOBILISATION CONTRE LA LOI SECURITE GLOBALE DEFENDONS LA LIBERTE D’INFORMER – DEFENDONS LA LIBERTE DE MANIFESTER

Communiqué du collectif anti-loi sécurité globale (43)

Partout en France des voix s’élèvent pour refuser la loi sécurité globale proposée par la LREM (et soutenue par le RN) et débattue à partir du 17 novembre 2020 (date anniversaire du début des gilets jaunes, coïncidence plus que douteuse et ironique).
Le projet de loi « sécurité globale » énième loi sécuritaire, hautement liberticide, s’inscrit dans un
contexte où les gouvernements successifs détruisent toutes les solidarités et les conquêtes sociales
du 20e siècle, provoquant des effets désastreux (mal-être, misère…). La crise Covid va engendrer
une crise économique, fruit d’un capitalisme effréné, certainement beaucoup plus forte que les
précédentes, et les pouvoirs ne voient que la solution répressive pour contrer les révoltes sociales qui
naitrons de cette situation :
Après l’état d’urgence sanitaire qui donne des pouvoirs exceptionnels aux préfets (réglementer la
circulation des personnes, l’ouverture des établissements recevant du public, l’accès aux lieux de
réunion ou encore les rassemblements de personnes sur la voie publique), après la loi « loi de
programmation de la recherche » qui prévoit que l’occupation d’une faculté devient un délit passible de
3 ans de prison et 45 000€ d’amendes, cette nouvelle loi permet à l’état de banaliser la violence
contre les manifestant-e-s, renforcer son arsenal répressif et judiciaire, mettre la population
sous surveillance généralisée, criminaliser celles et ceux qui luttent et de remettre en cause la
liberté de la presse.
Nous alertons donc sur le basculement vers l’autoritarisme que montre cette loi. L’expérience passée
a montré que les gouvernements ne reviennent jamais sur les mesures liberticides qu’ils font passer
en temps de crise, au prétexte de l’urgence. Dépassé par la crise sanitaire, incapable de gérer une
crise économique, écologique et sociale, discrédité dans de larges pans de la population, ce
gouvernement ne nous rendra pas nos libertés quand « les beaux jours reviendront ». D’ailleurs qui
peut croire que les beaux jours reviendront grâce à eux ?

Pour rappel sur ce que dit cette loi, entre autres :

  • Interdiction de diffuser des images de policiers si l’intention est de nuire (un an d’emprisonnement et
    45000 euros d’amende) mais l’amendement de LR va plus loin en obligeant à flouter les visages.
  • Utilisations des caméras mobiles- piétons en direct (possibilité d’utiliser la reconnaissance faciale en
    direct), élargissement de l’usage de drones pour surveiller les citoyens
  • Elargissement des prérogatives des agents privés de sécurité
  • Autorisation donnés aux agents de police à porter leurs armes en dehors de leurs heures de service

De très nombreuses organisations nationales appellent à se mobiliser contre cette loi : ACRIMED, Amnesty International, Attac France, CNT, Des organisations syndicales de journalistes (SNJ-CGT- CFDT-FO), La quadrature du Net, LDH, Reporters sans Frontières, UCL…

Au niveau du Puy et de ses alentours, des membres d’organisations ont répondu favorablement à cet appel : LDH, LFI, La Libre Pensée, POI, Solidaires, UCL Le Puy, UCL Livradois et appellent à manifester :

  • le samedi 21 Novembre, à 14h30 devant la préfecture, avec vos banderoles et prises de parole.

SOYONS TOUS UNIS CONTRE LA LOI SECURITE GLOBALE POUR DÉFENDRE LA LIBERTÉ D’INFORMER ET DE MANIFESTER

Cette manifestation doit bien évidemment se faire dans le respect des gestes barrières, avec vos masques (FFP2 de préférence) et gel hydroalcoolique…
La manifestation a été déclarée en préfecture afin de faciliter vos déplacements en cette période de confinement. Voici une attestation que vous pouvez utiliser  => Attestation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

scroll to top