Ah ! Quel beau week end

Le week end du 9-10-11 juillet fut un très beau week end. D’abord parce qu’il nous a fait bénéficier d’un soleil éclatant avant des jours beaucoup plus gris, et ensuite parce qu’il a vu se dérouler des rencontres de RESF que nous espérions depuis longtemps.

Les 3 jours ont été bien remplis et pleins d’émotions, et aussi très studieux puisque cela a permis plusieurs réunions qui étaient attendues par les associations.

Le vendredi a permis aux associations humanitaires locales qui composent le Réseaux Education sans frontière de se réunir, ce qui ne s’était pas vu depuis longtemps. Le principe de RESF est d’être un réseau, comme son nom l’indique et donc de fait, de rassembler autour d’une idée des associations très divers. On y retrouve des associations confessionnelles, telles que Secours catholique ou Cimade, mais également des associations laïques ou plus politiques, puisque syndicats ou Ligue des Droit de l’homme s’y côtoient volontiers.

Ce vendredi, c’est une trentaine d’associations qui se réunissaient pour faire un bilan de l’année écoulées et des problèmes de l’accueil des personnes arrivant en France de toutes nationalités.

Sans doute RESF dressera un bilan de cette rencontre mais les sentiments de tous à la sortie de la salle de la Crois Rouge, sont très enthousiastes et positifs. Des perspectives communes ont été développer

L’après-midi était tout aussi studieux avec une conférence de Jean-Pierre Julien qui nous a présenté une synthèse du travail de François Héran, anthropologue et démographe qui travaille notamment sur les questions de l’immigration. Par la preuve des chiffres et des statistiques, J-P Julien nous a démontré entre autres, que les théories fumeuses sur le «grand remplacement» sont de pures élucubrations de xénophobes en mal de publicité. Il rétabli en quelques tableaux la réalité de ce que représentent les mouvements d’immigrations à travers le monde, quelque soit le sens de la migration, entrant ou sortant.

Après cette conférence, le public a pu assister à la projection du film A quoi Rêvais-tu, réalisé par Michèle Blumental à propos des jeunes partis sur les routes à peine âgés de 13 à 15 ans. Ceux que l’on appelle Mineurs isolés. Le film nous les présente dans leur individualité et leur complexité. On est loin des clichés médiatiques.

Le samedi 10 juillet a été consacré d’abord à une réunion nationale des RESF. Si toute la France n’a pas pu être représentée, on pouvait compter une trentaine de délégations présentent et cela faisait suite à des échanges par visioconférence qui s’étaient tenu durant les mois précédents.

Des engagements ont été pris pour maintenir des relations régulières (extrait du compte rendu de Marcel d’Amiens): 

  • 1)     Améliorer la communication par un travail en visio comme commencée en juin 2021. 
  •  2)     Définir une semaine d’action nationale des RESF, déclinée dans chacun des départements ou ville. Ce sera la semaine entourant le 20 novembre (journée internationale des droits de l’Enfant) sur la protection des jeunes étrangers avec le fil conducteur suivant « Jeunes étrangers, sortir de l’impasse : à l’école, en formation, pas à la rue, régularisation »… 
  •  3)     Contre la dématérialisation des demandes de régularisation (prise de R.V informatique compliquée, voire impossible, plus d’accès aux guichets mais documents de la demande de régularisation à mettre sous enveloppes et à déposer « obligatoirement » dans une boite aux lettres, voire tous les documents à scanner pour envoi informatique dans la préfecture…)
  •  4)     Défendre la régularisation des familles étrangères avec enfants mineurs suivant la circulaire des 5 ans de présence et les trois de scolarité de l’enfant (application circulaire INTK1229185C) en mutualisant nos réussites de dépôt de demande de régularisation à ce titre (formulation de nos lettres de demandes, points mis en amont, type de soutiens obtenus)…

L’aprés-midi,Olivier Le Cour Grandmaison nous a entretenu de son livre Racisme de France (ouvrage collectif) et plus particulièrement de son article Racisme d’état. « Car aujourd’hui en France, des personnalités médiatiques et politiques de premier plan, jusqu’au plus haut niveau de l’Etat, attisent les haines et les peurs, agitent le spectre du « séparatisme » et l’épouvantail du « grand remplacement » qui menaceraient la République Française « Une et Indivisible ». De là, la stigmatisation des arabes, des Noirs, des Musulmans, des Asiatiques, des Roms…» (Marcel)

=> A écouter sur https://reseau-resf.fr/

La journée s’est achevé par un concert avec Thomso, et un groupe de musique Gnawa avec Younès, Réda et Abdol, accompagné pour la régie par Aziz

Le dimanche a été consacré à l’Appel à proprement parlé avec le slogan Elevons le débat, ce qui n’est pas évident avec une administration de plus en plus fermée et qui n’hésite pas à ordonner des expulsions avant même que les personnes aient épuisées tous les recours. La foule ne s’est pas précipitée mais en ce dimanche de départ en vacances, coincé entre 2 semaines pluvieuses, les organisateurs étaient contents d’avoir pu rassembler entre 500 et 700 personnes heureuses de faire l’ascension ensemble. Le public était très diversifié et venait de toute la France.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

scroll to top