« Culture, jeunesse et numérique » : concevoir des nouvelles modalités de projets culturels et éducatifs

construire les idées reçues sur la transformation digitale et développer des projets adaptés à la jeunesse.

L’offre culturelle est parfois questionnée de façon brutale par le public «jeune». Une remise en cause qui se manifeste notamment par une indifférence vis-à-vis des prescriptions des institutions culturelles, voire par un désintérêt pour les lieux culturels. En 15 ans, le numérique a par ailleurs bouleversé le rapport des jeunes, et de tou·te·s, au temps et à l’espace privé. La définition même de la culture et son mode d’accès se sont transformés.

Pour se mettre en capacité de repenser des projets adaptés aux besoins réels de la jeunesse contemporaine, ce qui relève de la mission des politiques culturelles, il convient à mon sens tout d’abord de déconstruire nos idées reçues, les jugements que l’on peut avoir sans connaître. Il s’agit de prendre la mesure des nouvelles représentations du monde et des nouvelles pratiques culturelles, étroitement liées au numérique.

Comment faire ? Je crois que passer par le «faire», justement, est une voie très riche pour les professionnels. Éprouver par sa propre expérience les enjeux des pratiques culturelles à l’ère numérique, en participant à des ateliers avec des jeunes, en «jouant» avec les technologies digitales, en explorant de nouveaux dispositifs de coopération, etc., dans le but de dépasser ses critères habituels, pour pouvoir être enrichi par les idées et usages de la jeunesse. Il ne s’agit pas de démagogie, mais de tissage de liens, qui permet la transformation mutuelle, l’hybridation créative.

Proposition méthodologique

Un cheminement personnel pour avancer sur la voie de l’innovation culturelle pourrait être décomposé en trois phases, non pas successives, mais dialoguant entre elles. Car il s’agit à mon sens de «penser l’action», ou de «penser autrement dans l’action», en tous cas de ne plus séparer la pensée de l’action :

  • Connaissances : approfondir ses connaissances sociologiques, technologiques, artistiques, culturelles, conceptuelles, par des lectures et échanges : s’informer.
  • Méthodes : découvrir et expérimenter des méthodes d’action culturelle et pédagogique qui sortent des sentiers battus devenus galvaudés et inopérants, via des partenariats inédits, improbables et souvent déstabilisants ; se déplacer.
  • Projets : concevoir autrement des projets et leurs critères d’évaluation, travailler à l’écoute d’autres projets pour s’enrichir par les pairs, envisager un accompagnement plus attentif et informé des artistes, intervenants et partenaires ; oser et assumer les «essais-erreurs».

Dans cet esprit, nous avons expérimenté avec l’Observatoire des politiques culturelles en 2022 la première édition d’une formation que j’ai animée, intitulée « Culture, jeunesse et numérique », avec 16 stagiaires, qui fut très enrichissante pour les participant.e.s. Nous organisons la deuxième édition de cette formation en mars 2023.

Le dispositif pédagogique a été pensé pour impliquer les participant·es dans un processus créatif destiné à leur faire éprouver des outils et une expérience du «faire». La formation est menée dans un esprit contributif, facilité par une plateforme numérique dédiée. Son animation est proposée à dessein en distanciel, pour envisager, au sein du groupe, des formes de coopération réinventées.

L’approche pédagogique pluridisciplinaire permet de s’approprier des notions complexes, notamment sur les technologies numériques et leurs usages. Cette formation est destinée à des professionnel·es et élu·es du champ culturel, social et éducatif, qu’ils/elles soient familier·es ou non des enjeux digitaux.

Benoit Labourdette

Pour lire la suite

 

­

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

scroll to top