Devenir un grand homme : exposition

Une exposition accompagne la projection du film A quoi rêvais-tu lors de la projection du 24 mars à Canopé, au Puy.

Composée de panneaux en bâche, 60x80cm, cette exposition présente le travail graphique réalisé par les élèves de la classe UP2A[1] du lycée professionnel Auguste AYMARD d’Espaly-Saint Marcel. Ces portraits sont le prolongement du travail  mené dans le cadre du projet « Raconte-moi ta vie ! » pendant l’année scolaire 2020-21.
En 2020-21, cinq classes (dont l’UPE2A du Lycée Auguste AYMARD) de l’Académie de Clermont Ferrand ont participé à « Raconte-moi ta vie ! » organisé en partenariat avec la délégation aux arts et à la culture du rectorat de Clermont-Ferrand et avec le soutien de la Région Auvergne-Rhône-Alpes. « Raconte-moi ta vie ! » est une opération imaginée par le Fonds de dotation Auteurs Solidaires (créé par la SACD) qui propose une expérience de partage de création : des lycéens accompagnés par des auteurs professionnels et soutenus par les enseignants partent à la recherche de leur histoire personnelle. Ils la mettent en récits, ces récits sont ensuite mis en images, d’autres en voix, d’autres en musique.
Pour ce projet, les élèves ont tout d’abord travaillé au premier semestre  sous la direction de Claudine VAN BENEDEN, metteuse en scène et comédienne, pour la mise en place d’ateliers d’écriture et la rédaction de deux textes sur la thématique « Raconte-moi ta vie ». Les élèves ont donc eu l’occasion de produire des textes en français avec un objectif non pas uniquement de communication mais plus littéraire. La rédaction finale de deux textes qui font partie d’un recueil édité leur a permis de symboliser et transformer un vécu par un travail littéraire sur les mots.
Au deuxième semestre, une mise en musique d’un des deux récits, accompagnée par deux auteurs-compositeurs (Guillaume BELLUROT et Dany RODRIGUEZ du groupe Grand papillon), a permis de continuer le travail. Les élèves, en chantant et en jouant de façon autonome le morceau ainsi composé, ont vu leur production écrite prendre une dimension artistique supplémentaire.
En accompagnement de ce cheminement, l’enseignant d’arts appliqués (M. FAMILIARE Christophe), a fait travailler les élèves sur l’autoportrait. Un travail artistique particulièrement investi par les élèves car il a permis de lever des freins liés à l’insécurité linguistique et de faire prendre conscience qu’en l’absence de mots le langage peut s’exprimer autrement.
En effet, les élèves accueillis au sein de l’UPE2A viennent d’horizons variés (Europe, Afrique, Asie) et peuvent intégrer le dispositif à tout moment de l’année. Ce sont des jeunes filles ou de jeunes garçons qui sont arrivés récemment en France, certains avec leur famille d’autres seuls (MNA[2]). Les histoires ne sont pas linéaires selon les parcours, parfois difficiles. L’UPE2A  permet à ces lycéens un accès à un enseignement renforcé en FLS[3], en fonction de leurs besoins et de leurs acquis linguistiques et langagiers. Or, pour pouvoir raconter,  il faut avoir des repères linguistiques et culturels en français. Des élèves ont des besoins en alphabétisation (pas de scolarisation antérieure), d’autres en post-alphabétisation (scolarité interrompue) et d’autres tout simplement en FLS[4] (grands débutants en français).
Travailler sur un projet d’écriture sur une année scolaire complète a été un véritable défi pour les élèves, mais cela  a été fédérateur et ils ont su s’approprier le projet.
Les enseignants de FLE/FLS (Mme TAILLEBOT), de Documentation (Mme METZGER) et d’Arts Appliqués (M. FAMILIARE) ont encadré ce projet du début à la fin, faisant le lien entre les différentes parties du projet et soutenu leurs élèves dans ce travail.
Cette exposition colorée, laisse une trace de cette formidable aventure, elle permet de rencontrer des regards, des histoires. Elle donne à voir des fragments de vécu, d’espoir, de peur, de doute ou de vitalité. Tout ce que ces jeunes s’efforcent de conjuguer chaque jour pour écrire et dessiner une nouvelle vie et un avenir en français.
Si tout ce travail a pu être transformé en exposition, c’est grâce au financement de la MGEN et de RESF, qui ont accepté de mettre en valeur les réalisations de ces jeunes. A savoir que la MGEN avait déjà participé au financement d’un projet avec le LP « Au fil de l’eau : une vie pas si coulante que ça ».

[1] UPE2A : unité pédagogique pour élèves allophones arrivants
[2] MNA : mineurs non accompagnés
[3] FLS : français langue seconde
[4] FLS : français langue seconde

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

scroll to top