Pour Yannick

Yannick nous a quitté dans des circonstances tragiques.

Alors qu’il était en visite chez sa nouvelle copine, à Saint-Etienne, le vendredi 13 novembre, Yannick se faisait assassiner sauvagement.

La jeune femme habitait avec son fils de 6 ans. Le père de l’enfant avait déjà été condamné plusieurs fois et incarcéré pour violence sur sa compagne et avait une injonction d’éloignement. Mais sorti de prison récemment, il s’est présenté au domicile de la jeune femme, s’est rué sur Yannick et l’a poignardé de 9 coups de couteaux dont un en plein cœur. Puis il s’est enfermé dans l’appartement avec la femme et l’enfant.
Après quelques heures de négociation avec le RAID, il a enfin libéré ses otages et s’est rendu à la police.
Mais il était trop tard pour Yannick qui n’a pu être réanimé.
La jeune femme a également été frappé au couteau et notamment au visage.

Qui était Yannick

Yannick faisait partie de ces jeunes qui prennent la route pour tenter leur chance sous d’autres cieux. Il est parti du Cameroun après la mort de son père.
Passant par le Maroc, il a traversé la Méditerranée pour arriver en Espagne. Là il a posé son sac, a suivit une formation de cuisinier et a trouvé du travail et une vie stable.

Dans son périple il s’est lié d’amitié avec d’autres jeunes rencontrés au hasard des galères et notamment avec un jeune originaire comme lui du Cameroun et qui, lui, a continué sa route jusqu’au Puy-en-Velay. Les 2 garçons sont toujours restés en contact et Yannick venait de temps en temps visiter son copain en Haute-Loire, pour finalement décider de s’installer au Puy. Comme beaucoup de jeunes migrants avides de s’intégrer, son premier geste a été de rentrer dans une équipe de foot (à Loudes : voir le message de l’entraineur : http://www.zoomdici.fr/actualite/AS-Loudes-en-deuil%C2%A0-l’un-de-ses-joueurs-assassine-a-St-Etienne-id177809.html).

Depuis quelques mois, il avait entamé les démarches pour transférer ses papiers sur la Haute-Loire et il venait de recevoir une lettre de la Préfecture pour aller chercher sa carte de séjour.

Bien intégrer au sein d’un groupe de jeunes —Congolais et Camerounais pour la plupart—, il faisait un peu office de grand frère puisque âgé de 23 ans, il était l’aîné du groupe. Il les a soutenus dans une série de coups durs, les a accompagnés, aidés, conseillés.

Faites un don pour aider au rapatriement du corps

Yannick avait encore sa maman, un frère jumeau et une jeune sœur.
Tous sont effondrés. Sa famille et ses amis de Haute-Loire souhaitent rapatrier le corps auprès de sa mère, au Cameroun, afin d’organiser des funérailles dignes.
Nous lançons un appel à dons afin d’aider la famille pour le rapatriement du corps. Ces dons permettrons à la famille de rapatrier le corps, et selon la somme collectée, couvrira plus ou moins les frais qui se répartissent comme suit :

  • Un oncle va essayer, malgré la COVID de venir à Saint-Étienne où le corps repose, depuis les Etats-Unis
  • La commande d’un cercueil
  • Le transport en avion du corps jusqu’au Cameroun (un cercueil plombé est obligatoire)
  • Il y aura peut-être une petite cérémonie ici (?)
  • La récupération et le transport du corps au pays (je ne connais pas les lois du Cameroun mais si c’est calqué sur la France, il faut un organisme genre Pompes Funèbres pour le transport d’un corps).
  • La cérémonie au pays
  • Le retour de l’oncle aux Etats Unis.

Si vous pouvez/voulez participer, voici le lien vers le site spécialisé en collecte de dons :

=> Pour Yannick

Aidez-nous à faire rapatrier son corps au Cameroun près de sa famille et à lui offrir des funérailles dignes.

Vous préférez envoyer un chèque ?

Rien de plus facile. Libellez-le à l’ordre de :

 «La Lorgnette-Pour Yannick»
 et adressez-le à :
La Lorgnette – 9, rue Moulin Pataud – 43000 Le Puy

Merci de votre geste.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

scroll to top