Migrants : Pas de trêve dominicale

Le 18 septembre une famille arménienne résidant à Sainte-Florine, avec 2 enfants, déboutée du droit d’asile, était convoquée à la préfecture et recevait un avis d’expulsion et les billets de retour.

Dimanche 22 à 6h du matin les gendarmes envahissent l’appartement. Le papa est emmené, la maman enceinte est victime d’un malaise et doit être conduite à l’hopital. 2 enfants de 4 et 8 ans sont laissés sur place, seuls. 

Le lundi 23 le père est conduit jusqu’à l’avion qui doit l’emmener seul, loin de sa famille.Le commandant de bord refuse de l’embarquer. Alors, simplement, comme s’il ne s’était rien passé, Vardan est remis en liberté. 

Retrouvez le récit qu’en fait le Réseau Education sans Frontière.

Dimanche 22 septembre 2019 risque de rester marqué à vie dans la mémoire des 2 enfants de la famille Muradyan.
Ce matin là, une quinzaine de gendarmes, en civil pour certains, mais armés de mitraillettes, ont pénétré à 6 h du matin dans leur appartement, et ont encadré chaque membre de la famille : Vardan, le père, a été emmené en Centre de rétention à Lyon en vue d’une expulsion immédiate. Sa femme enceinte, a eu un malaise et a été conduite à l’hôpital, d’où elle est sortie le lendemain soir, les deux jeunes enfants 8 et 4 ans, restés seuls ont été pris en charge par des bénévoles du comité de soutien. Quelques minutes d’enfer dans ce logement HLM, volets fermés par les gendarmes, famille filmée, interdite d’aller aux toilettes…
Le comité de soutien du bassin minier, et de Sainte-Florine, qui accompagne les demandeurs d’asile déboutés du droit d’asile a appelé dès le lendemain lundi les sympathisants à se rassembler devant la sous-préfecture de Brioude, avec également les parents d’élèves, choqués par ce qui arrivait aux camarades de classe de leurs propres enfants.
La Secrétaire générale de la sous préfecture, en l’absence de la sous-préfète en déplacement à Paris, a longuement reçu une dizaine de membre du réseau de soutien, du bassin minier et plus largement, du Réseau Education sans frontières 43.
Sans nouvelles de Vardan depuis plusieurs heures et inquiets, nous avons sollicité la Secrétaire générale qui a accepté de se renseigner pour nous donner des nouvelles.
En fin d’entrevue, la nouvelle de la libération de Vardan  nous a été donnée, ce fut un soulagement.
Nous avons exprimé notre indignation devant la maltraitance que représente un renvoi forcé au pays, devant le gaspillage énorme de finances qui auraient pu être mieux utilisées. Nous avons rappelé les démarches d’intégration réelles de la famille, les promesses d’embauche fournies et rejetées par la préfecture.
Donner le droit au travail et régulariser la situation aurait permis à cette famille de ne plus dépendre des services sociaux pour le logement, et des services des associations humanitaires pour la nourriture, les vêtements, produits d’hygiène… Cette famille, comme les 25 autres hébergées au Puy dans les logements d’urgence, ne dispose d’aucun revenu, hors 7 euros par personne et par mois donnés par un groupement d’associations humanitaires (Emmaüs, Croix rouge, Secours catholique, Secours populaire), contrairement aux affirmations mensongères répandues des personnes malveillantes ou ignorantes.
Nous sommes bien conscients que maintenir les déboutés de l’asile dans la précarité et sans aucun droit, bafouant ainsi toute la dignité des personnes, est exclusivement une démarche politique et électoraliste.
Nous sommes indignés devant cette maltraitance institutionnelle qui en réalité n’apporte que davantage de mépris, rejet,  discrimination. L’immigration n’est pas en soi un problème, c’est un phénomène historique, humain, qui aura toujours lieu, et avec lequel nous devons œuvrer pour construire un avenir d’humanité et non de guerre.
Le traitement de ce sujet doit se faire avec empathie et respect, afin de sortir du repli sur soi. Les migrants ne sont pas nos ennemis, les accueillir au mieux c’est aussi tenir à distance les discours xénophobes, et construire une société plus ouverte, plus humaine.
Contact : resf43@rezo.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

scroll to top