Dead Man

Date / Heure
Date(s) - mer 25/03/2015
20 h 30 min

Emplacement
Espace culturel - Salle Cornélie Falcon

Catégories


Un film de Jim Jarmusch, avec Johnny Depp, Gary Farmer, Lance Henriksen…

Date de sortie : 1995

Résumé :
William Blake, un jeune homme naïf élevé à Cleveland part dans l’Ouest américain pour prendre un poste de comptable. Arrivé à destination, rien ne fonctionne comme prévu et l’innocent devient un meurtrier involontaire bientôt pourchassé par un trio de tueurs à gages. Grièvement blessé, il fuit et rencontre Nobody, un indien bienveillant et érudit qui lui sauve la vie et l’accompagne dans un étonnant voyage…

Troisième volet de la trilogie «Western» à l’Espace culturel, après Johnny Guitar et True Grit.

Trois films qui, chacun à sa façon revisite le Western. Trois façons d’aborder la Conquête de l’ouest.

Avec ce film Jim Jarmusch nous offre une vision inattendue, Rien à voir avec l’héroïsme traditionnel. On est loin également de toutes les images connues et reconnues de l’ouest. Ce film offre à Johnny Depp un de ses plus beaux rôles. En noir et blanc, il nous entraîne dans une vision onirique sans comparaison possible malgré la multitude de références que les cinéphiles (très) avertis ne manqueront pas de relever au passage, petit jeu inévitable avec Jim Jarmush qui parsème toujours ses films, comme un jeu de piste, de références à ce qui constitue les sources de son inspiration, de sa culture : comme celle à Lee Marvin, en prénommant les deux shérifs respectivement Lee et Marvin, véritable hommage à une des grandes figures du genre; les poèmes de William Blake, dont entre autres, Auguries Of Innocence et The Marriage Of Heaven And Hell. Signalons aussi, la dernière apparition au cinéma de Robert Mitchum, interprétant le fantomatique Dickinson, référence directe à La Nuit du Chasseur. Sans oublier bien sûr la chanson des Doors End of the Night également citée dans le film. Le rôle emblématique de Nobody interprété par Gary Farmer et que l’on retrouvera dans Ghost Dog : La Voie Du Samourai (1999) apparaît ici pour la première fois.

Comme dans tous les films de J. Jarmush, la musique, est une constituante importante et apporte une dimension supplémentaire au film.  Ici Neil Young, seul avec ses guitares, face au film improvise une musique exceptionnelle.

Après son passage au Festival de Cannes en 1995, Dead Man remporte, le Prix de la meilleure photographie lors des New York Film Critics Circle Awards en 1996 et est nominé pour le prix du meilleur film, meilleur scénario, meilleur second rôle masculin (Gary Farmer) et meilleure photographie lors des Independent Spirit Awards en 1997.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

scroll to top