UN AN DE MACRON, UN AN DE DESTRUCTIONS

Tribune libre

14 mai 2017

Entrée en fonction d’Emmanuel Macron, élu à 66,1 % contre Marine Le Pen quelques jours plus tôt. Seuls 16 % des électeurs ont voté pour luien raison de son programme, selon plusieurs sondages.

22 septembre 2017

Publication des ordonnances réformant le Code du travail. Les comités d’hygiène et de sécurité ainsi que le compte pénibilité, qui permet la retraite anticipée des travailleurs exposés à des risques, sont supprimés. Les indemnités prud’homales sont plafonnées. La précarité, renommée « flexibilité», peut ainsi devenir la norme.

 18 octobre 2017

Adoption définitive du projet de loi antiterroriste, qui étend le pouvoir des autorités administratives au détriment de la justice: de nombreuses procédures attentatoires aux libertés ne nécessitent plus l’intervention d’un juge.

4 décembre 2017

Adoption du projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018 : les cotisations sociales sont en partie remplacées par la CSG, payée notamment par les retraités. 1,46 milliard d’économies sont demandées aux hôpitaux publics tandis que le reste à charge des patients est augmenté.

21 décembre 2017

Adoption du projet de loi de finances pour 2018. L’impôt de solidarité sur la fortune est supprimé pour le patrimoine financier. La taxation du capitalest plafonnée à 30 % (« flat tax »), favorisant les portefeuilles financiers. Au total, 7 milliards d’euros d’exonérations en faveur des plus richesont été votés.

15 février 2018

La loi sur l’orientation et la réussite des étudiants est définitivement adoptée, rétablissant la sélection à l’entrée de l’Université. Quelques semaines plus tard, un mouvement étudiant se déploie dans la durée, malgré une intense répression.

27 mars 2018

Adoption en première lecture de la loi « Secret des affaires ». Des journalistes, chercheurs et syndicalistes dénoncent « une offensive sans précédent sur notre droit à l’information».

17 avril 2018

Adoption, en première lecture, du projet de loi « Pacte ferroviaire ». Il ouvre le transport ferroviaire français à la concurrence, transforme la SNCF et supprime le statut des cheminots.

21 avril 2018

Des dizaines de militants d’extrême droite organisent leur propre surveillance de la frontière italienne. Cette milice remet plusieurs migrants à la police, sans être inquiétée.

22 avril 2018

Adoption en première lecture de la loi « Asile et Immigration ». La durée maximale de détention administrative passe de 45 à 90 jours. L’enfermement des enfants n’est pas empêché. Les procédures de demande d’asile sont dégradées.

1ermai 2018

Dans le magazine américain Forbes, le président annonce la suppression prochaine de I’« exit tax», qui impose le patrimoine financier d’entreprises quittant le pays.

En un an, Macron et son gouvernement auront détruit un grand nombre de garanties d’égalité et de progrès social : les portes de l’Université se referment, la Sécurité sociale se dégrade, les salariés sont exposés à l’arbitraire et à la précarité, et, les riches étant exonérés de leurs obligations fiscales, la redistribution des richesses est abandonnée. La destruction de l’égalité s’accompagne de la réduction de nos libertés : pour Macron et sa clique, la loi est désormais un instrument pour réprimer, enfermer, expulser.

Drapé d’un pouvoir autocratique, bouffi de suffisance et aveuglé par son arrogance, le président fait gonfler les ruisseaux de colère et fédère les résistances. Cet adversaire a le mérite de la cohérence et ne s’embarrasse pas de concessions, même d’ordre symbolique, si bien qu’il agresse le peuple avec autant de virulence qu’il met de douceur à cajoler les riches. Il s’apprête à découvrir que, au titre de ses « passions tristes», et plus qu’aucune autre, la France a la passion des révolutions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

scroll to top