Hôpital public de BRIOUDE

Depuis plusieurs années, l’hôpital de Brioude se bat pour sa survie. Depuis qu’il y a quelques années, un décret —que l’on appelle le décret Bachelot— est venu menacé de fermeture les petites unités chirurgicales. Aujourd’hui l’hôpital se bat pour l’achat d’un scanner, outil indispensable pour une bonne qualité des soins.

«L’hôpital public de Brioude n’est toujours pas pourvu d’un scanner.
Pourtant, depuis 2007 un local est prévu à cet effet dans l’enceinte du centre hospitalier.
L’hôpital a fait d’énormes efforts pour renforcer ses équipes médicales (chirurgiens, anesthésistes, radiologues) à la plus grande satisfaction des usagers.
Le scanner est une installation indispensable au traitement d’urgences de toutes sortes.
Le projet médical, en voie d’adoption, du centre hospitalier justifie, données chiffrées à l’appui, la demande d’un scanner.
Sa présence est d’autant plus nécessaire dans un territoire comme le nôtre confronté au vieillissement de sa population et à la désertification médicale.» (extrait de la pétition en ligne : ICI)

Petit rappel historique (d’après le Comité de vigilance de l’hôpital)

«Le décret BACHELOT qui prévoyait de fermer les blocs effectuant moins de 1500 actes classants par an n’a jamais été promulgué. Mais M. DUMUIS continue à s’y référer, pour preuve, il a décidé la fermeture du bloc de chirurgie à l’hôpital d’Ambert.

Même si à  Brioude le nombre d’actes a augmenté et les équipes de chirurgiens et d’anesthésistes ont été étoffées, la menace existe toujours.

La population et les élus brivadois ont montré leur volonté de  maintenir cette activité.»

NOMBRE DE LITS

« En 2006, le nombre de lits autorisés à l’hôpital était de 212.

En 2009, 30 lits d’unité de soins de longue durée ont été retirés.

Cette diminution aurait dû être compensée par une dotation de 30 lits d’EPHAD et de gériatrie.

Ils n’ont pas pu être installés car il n’y avait plus assez de place dans les locaux de l’hôpital.

Il y a actuellement 169 lits d’hospitalisation et 47 places d’accueil à la journée.

Il y a donc eu une baisse du nombre de lits.

Le comité de vigilance continuera à intervenir pour qu’il y ait des lits en nombre suffisant afin de garantir un accueil et une qualité des soins optimaux à l’hôpital.»

Le personnel de l’hôpital s’est constitué en association qu’il appelle «Comité de vigilance» et depuis plusieurs année maintenant il se bat pour sauver l’hôpital.

PRESENTATION du comité

1993: la maternité

Historique: il faut remonter en 1993 où un comité de défense de la  maternité se crée.  Malheureusement, comme dans beaucoup d’autres communes aujourd’hui, il n’y a plus de maternité à Brioude. Aujourd’hui c’est l’hôpital qui est en jeu et qu’il faut défendre.

2000/2004: Restructuration du pôle de santé en brivadois. Le descriptif  édité par l’hôpital et approuvé par l’ARH.

En 2006: le rapport Vallancien  tombe comme un couperet (Rapport à la demande de madame Roseline Bachelot Narquin Ministre de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative)

113 blocs de chirurgie sont sur la sellette. Brioude n’est pas encore sur la liste mais personne n’est dupe dans le comité. C’est parce qu’en 2005 la chirurgie était à la clinique St Dominique que l’hôpital n’y figure pas comme c’est le cas pour Saint-Flour, Thiers, Issoire et Riom.

2006: l’hôpital prend en charge la chirurgie.

Pour développer la suite du sujet je vous propose, avant tout, ce petit édito daté du 8/4/2006.

2007: la pétition sur les marchés et la lettre à Monsieur Alain GAILLARD,  Directeur de l’agence régionale d’hospitalisation de la région AUVERGNE.

2009: campagne contre le projet Bachelot.

Fin 2009: constitution en association du Comité de vigilance de l’hôpital public de Brioude.

Qui sommes nous? Les membres du bureau, les adhérents etc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

scroll to top