Boko Haram

Boko Haram : un rapt et un ratage

Amaury de Rochegonde

Boko Haram : un rapt et un ratage

Mères des jeunes lycéennes enlevées par Boko Haram, le 14 avril, lors d’une réunion avec le gouverneur de l’Etat de Borno, le 22 avril 2014.REUTERS/Stringer

Amaury de Rochegonde, de l’hebdomadaire Stratégies, évoque l’enlèvement de plus de 200 lycéennes par la secte Boko Haram au Nigeria. Un événement dont beaucoup de médias se sont fait l’écho avec retard…

[dropcap style= »inverted »]I[/dropcap]l a fallu attendre près de trois semaines avant que la plupart des médias ne se décident à évoquer l’enlèvement de plus de 200 lycéennes survenus au Nord du Nigeria. Ce rapt, revendiqué par la secte islamiste Boko Haram, semble pourtant avoir été exécutée pour obtenir une médiatisation planétaire. Dans une vidéo du 5 mai, le chef, Aboubakar Shekau, se trémousse en ricanant comme pour mieux signifier sa barbarie. Il promet l’esclavage ou le mariage forcé de filles de 12 ou 9 ans. Depuis, les réactions d’indignation se multiplient. La Maison Blanche fait savoir qu’elle est très sensibilisée à la question. Les Américains ont d’ailleurs envoyés des experts au Nigeria, première puissance économique du continent où se tenait, jusqu’à hier, le Davos de l’Afrique.

 Pour lire la suite : Sur RFI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

scroll to top