Ciné Repas : Je ne suis pas votre nègre

Date / Heure
Date(s) - jeu 03/10/2019
19 h 30 min

Emplacement
L'Assemblée

Catégories


Un film de Raoul Peck, 2017

Etre noir aux U.S.A. c’est se battre en permanence pour rester en vie. Se battre, il le faut, mais qu´elle est la manière la plus efficace ? C’est la question que pose Baldwin et que met en image l’exigeant Raoul Peck sans jamais moraliser, mais en livrant des images émouvantes jusqu´à frémir, Peck sublime l´écriture déjà somptueuse de Baldwin, sans ennui, avec passion.

Ce film est un film gigogne où les sujets et les personnages s’emboîtent l’un dans l’autre. C’est un film de Raoul Peck qui parle de James Baldwin qui parle de Medgar Evers, Malcom X et Martin Luther King, qui parlent de la lutte pour les droits civiques aux Etats Unis.

Raoul Peck, réalisateur Haïtien, reprend un projet de James Baldwin qui tenait au cœur de l’auteur américain mais qu’il ne pu mener au bout. Il travaillait sur un gros projet de livre qui devait reprendre des textes de Medgar Evers, Malcom X et Martin Luther King, tous trois assassinés et dont les morts ont traumatisé toute une génération. Raoul Peck reprend les notes laissées par l’auteur et les complètent avec des citations relever dans toute son œuvre.  Il les faits lire en anglais par le comédien Samuel L. Jackson et en français par Joey Starr. La voix des comédiens se superpose à un fascinant montage d’archives, de reportages, et d’extraits de films.

« On a occulté l’œuvre de Baldwin. Or pour moi cette parole était nécessaire, urgente et fondamentale pour comprendre le monde actuel. Je ne supportais pas l’idée qu’il tombe dans l’oubli et qu’on puisse le piller sans le citer », nous explique-t-il.

Ce projet, J. Baldwin le porte depuis 1979. En 1987, l’écrivain disparaît avant d’avoir achevé son projet. Il laisse un manuscrit de trente pages, « Notes for Remember this House », que son exécuteur testamentaire confiera plus tard à Raoul Peck.

Ce film magistral, fascinant, nous offre un voyage au cœur de la société américaine, sans complaisance, avec toute la colère que portait Baldwin. Il vaut à son réalisateur d’être nommé aux Oscars, il remporte en France le César du Meilleur film documentaire. C’est l’occasion de découvrir un grand réalisateur, qui fut également ministre de la culture en Haïti.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

scroll to top