L’extrême droite tente de s’imposer au Puy en Velay,

La LICRA se joint à une grande partie de la population inquiète de voir l’extrême droite revenir en force. Beaucoup sont inquiets et offusqués de la place qui est offerte par la classe politique et par les médias d’état à ces mouvements nationalistes qui ressortent sans complexe les discours racistes, antisémites, haineux. Derrière des faux semblant rassembleurs ils ne font que diviser la population et attisent la haine des « autres».

La Licra réagit ici à la présence de personnalités largement marquées par leur appartenance à ces mouvements, ici en Haute-Loire et au Puy-en-Velay.

Communiqué de presse de la  Licra

En juillet 2021, les universités d’été de l’association politique catholique intégriste Civitas ont été organisées dans un bâtiment du diocèse. L’un des invités d’honneur était Hervé Ryssen, militant négationniste et antisémite revendiqué, assumé et condamné; il était d’ailleurs sous bracelet électronique après sa condamnation à 4 mois de prison pour diffusion d’une vidéo à caractère antisémite.Quelques semaines plus tard ce fut Yvan Benedetti qui anima l’inauguration de la librairie « Arts enracinés » par une conférence traitant du « Nationalisme face à Zemmour ».

Depuis l’été, les militants d’extrême droite se mêlent aux manifestations « anti passe » locales et leurs pancartes et drapeaux étaient encore tolérés en tête de cortège le 6 novembre bien que des tensions ont eu lieu pour les évincer.

Un appel des « antifa » locaux a réuni une centaine de personnes pour protester contre cette montée de « l’ultra-droite raciste » et perturber la conférence de Benedetti.

En septembre, la Licra locale a été reçue par le vicaire général —qui a plaidé la naïveté pour l’accueil de Civitas—, et demandé à ce que le diocèse s’engage à ne plus recevoir d’associations ou groupes manifestement racistes et/ou antisémites.

Le Préfet, sollicité en la personne de son directeur de cabinet, n’a pas observé, lors de ces journées d’été ou de leur préparation de motifs d’intervention, mais, reste vigilant.

Le diocèse vient de répondre à la Licra. Il ne souhaite pas s’exprimer plus afin « de ne pas offrir une publicité supplémentaire à une présence et des propos que nous déplorons et que nous condamnons de la part d’agitateurs qui ne se reconnaissent pas eux-mêmes en accord avec l’Eglise catholique en France et plus particulièrement en Haute-Loire. »

La Licra locale prend acte des regrets du diocèse et espère qu’une telle erreur ne se reproduira pas. Elle considère les associations catholiques locales comme des alliés pour de nombreuses causes et appelle tous les humanistes et universalistes à condamner, voire à judiciariser, toutes les expressions illégales émanant de ces groupes d’extrême droite.

Lettre de La Licra au Diocèse du Puy

Le Puy en Velay le 17 janvier 2022,

Monsieur le Recteur de l’Académie de Clermont Ferrand, Monsieur le Préfet de Haute Loire,

Messieurs

L’accueil, en novembre dernier, de l’association « La fraternité des templiers catholiques du monde » dans les locaux de l’ensemble scolaire privé Saint– Jacques de Compostelle, au Puy en Velay, a suscité de vives réactions indignées au sein de la population ponote. Notre groupe local a été contacté à cette occasion par un certain nombre de citoyens effarés par la présence de cette association ouvertement raciste au sein d’un établissement scolaire (cf le long et édifiant reportage illustré de deux journalistes du site internet d’information « Vice » invités à cet évènement par « les templiers »).

Nous souhaitons par ce courrier nous associer à cette émotion.

Nous sommes, en tant que militants de la LICRA, particulièrement attachés et attentifs au respect du code de l’éducation qui, dans son article L 111-1 stipule que « la Nation fixe comme mission première à l’École de faire partager aux élèves les valeurs de la République ». Ce même article rappelle également que « Le service public de l’éducation fait acquérir à tous les élèves le respect de l’égale dignité des êtres humains, de la liberté de conscience et de la laïcité ».

Or tout le reportage cité plus haut mais aussi les publications internet des acteurs de ce triste évènement sont là pour témoigner que la présence de ce groupuscule d’extrême droite au sein d’un établissement scolaire constitue une violation indiscutable des valeurs et des missions de l’Ecole.

Nous tenons de ce fait à être assurés qu’aucun élève n’était présent, fusse uniquement à l’internat de cet ensemble scolaire durant cet évènement.

Nous tenons également à être assurés que l’ensemble de la communauté éducative de cet ensemble scolaire, les associations de parents mais aussi et surtout les élèves ont bien été les destinataires de cette information.

Nous espérons aussi qu’à cette occasion, une condamnation claire et sans équivoque a été produite par la hiérarchie de l’enseignement catholique contre les idées véhiculées par ce groupe qui prétend, sur les réseaux sociaux, vouloir s’en prendre « à l’islam, au féminisme ainsi qu’aux francs-maçons ».

Le récent « contrat d’engagement républicain » conditionne l’attribution de fonds publics aux associations au respect par celles–ci des principes et des règles de la République. Après cet évènement, nous sommes en droit de penser, sauf preuve du contraire, que cet établissement scolaire, n’a respecté ni le contrat passé avec les autorités de l’Etat ni son engagement républicain.

La hiérarchie de cet établissement affirme avoir été bernée et prétend que le programme de ce week–end ne leur permettait pas de douter de la moralité de ces bailleurs. (cf. citation de l’Eveil du 22 décembre dernier).

Nous sommes enclins à croire cette déclaration, même si une consultation rapide de la page internet de « La fraternité des templiers catholiques du monde » eut permis à toute personne un tant soit peu éclairée de douter quelque peu de cette moralité..

Afin de lever les inquiétudes, de rassurer les personnes qui nous ont contactés, et, plus largement l’ensemble de nos concitoyens, nous nous trouvons dans l’obligation de demander à vos services de s’assurer que cet établissement scolaire a bien respecté les contrats d’éducation et l’engagement républicain qui le lient à l’Etat en diligentant une enquête administrative et en portant ses résultats à la connaissance du public.

Pour éviter le renouvellement d’accueils susceptibles de dérives illégales ou regrettables , la Licra pourrait, si vous le souhaitez , envisager de contribuer à informer les personnels des établissements sur les contrôles de bases aisément accessibles.

Au regret de devoir vous saisir pour ce type d’évènement et dans l’attente d’une réponse de votre part, nous tenons à vous présenter, Madame, Monsieur, l’assurance de notre respect.

Pour le bureau : BM

 

Copies:
Madame la DASEN de Haute Loire,
Monsieur le Directeur de l’ensemble scolaire Saint Jacques de Compostelle, Sœur Supérieure Générale des sœurs de Saint Joseph, (tutelle de l’ensemble 
scolaire)
Messieurs le Députés et Sénateurs concernés Licra Clermont Ferrand, Saint-Etienne et Lyon

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

scroll to top