Désinfecter les rues : efficacité douteuse

La ville du Puy-en-Velay sera désormais passée au désinfectant chaque semaine. En cela elle emboite le pas à la Chine, la Corée du Sud et quelques villes françaises. Pourtant l’efficacité de cette pratique est plus que mise en doute. Le COVID-19 n’est pas la peste et les méthodes de transmission sont bien circonscrites.

Que Choisir publie un dossier sur ce thème dont voici un extrait.

Est-il efficace de désinfecter les rues ?
Publié le : 28/03/2020 

Dans la lutte contre le coronavirus, on n’avait pas imaginé que les images de camions pulvérisant à tout-va du désinfectant dans les rues de Chine et de Corée du Sud feraient un jour partie de notre quotidien. Pourtant, des communes s’y mettent. Efficace ou pas ?
À Cannes, des agents municipaux suréquipés désinfectent les rues à coups de lances qui projettent de l’eau additionnée d’eau de Javel. Nice lui a emboîté le pas, tout comme Menton, Monaco et quelques autres communes, jusqu’en région parisienne.

Une véritable frénésie semble s’emparer subitement des maires et de leurs équipes, alors même que les rues de leurs communes sont quasi désertes, confinement oblige. C’est assez paradoxal !

À Que Choisir, nous avons donc cherché l’étude scientifique qui alerterait sur les risques de contamination via les surfaces urbaines, chaussées et trottoirs. En vain…

Nous avons également contacté des organismes en pointe dans la lutte contre le coronavirus. L’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) nous a répondu ne pas avoir d’éléments sur ce sujet, l’Institut Pasteur non plus, pas plus que les Agences régionales de santé.

La seule question qui vaille est : au vu des connaissances sur la transmission du coronavirus, quel pourrait être le risque des revêtements urbains ?

On sait que le coronavirus se transmet par projection de gouttelettes dues aux éternuements, à la toux, aux postillons, à la sueur… et par contact rapproché avec une personne porteuse du virus. On sait aussi que le virus peut subsister sur différents supports, plastique, carton, verre, avec un risque de contamination qui décroît au fil des heures, et encore faut-il les toucher sans se laver les mains ensuite pour courir un risque. Alors les rues et les trottoirs, on a beau chercher, à moins de se rouler par terre, difficile de courir un risque, sauf celui de rencontrer un porteur de virus. Les élus locaux invoquent « le principe de précaution », Que Choisirpenche plutôt pour le besoin de masquer son impuissance par l’action.

S’il y a de la désinfection à faire à l’extérieur, c’est surtout celle des moyens de transports collectifs. Heureusement, il s’agit depuis peu d’une obligation réglementaire pour les opérateurs, au minimum une fois par jour. Et leur circulation vient d’être drastiquement limitée.

2 Replies to “Désinfecter les rues : efficacité douteuse”

  1. BOURQUARD dit :

    Il n’est pas conséquence écologique de vaporiser largement de la javel dans les rues

  2. MB dit :

    Dans un premier temps il faut dire que ce n’est pas de l’eau de javel qui est vaporiser au Puy mais un produit dit « désinfectant et fongicide ». Cela veut dire qu’il détruit un certain nombre d’organismes vivants et stérilise les surfaces implantées. Donc il y a bien des conséquences écologiques. De plus il peut y avoir des réactions allergènes ou respiratoires, sinon pourquoi les agents chargés de la pulvérisation sont-ils si protégés ? Et cela a un coût pour la collectivité. Pourquoi dépenser tant d’argent pour rien. De plus, psychologiquement, cela entretien la peur et un effet paniquant. Cet état psychologique est-il nécessaire à la bonne marche de la société ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

scroll to top