Le Samouraï

Au Monastier-sur-Gazeille la saison cinéma reprend avec un film de Jean-Pierre Melville, Le Samouraï, avec Alain Delon.

Film noir, qui est un point culminant dans l’œuvre de Melville. Un film qui semble écrit pour Delon, avec Peu de dialogue mais une présence palpable où la star donne toute sa mesure.

[metaslider id=3237]

Delon, aujourd’hui très controversé pour son égo, ses prises de positions est incontestablement une star, au sens hollywoodien c’est-à-dire une présence qui éclate sur l’écran, qui « crève » l’écran, qui nous tient pendant toute la durée du film hors d’haleine.

Melville quant à lui est une sorte de magicien qui a effacé tout le superflu : peu de dialogues, des décors réduits au minimum. L’appartement de Jeff est quasi monastique. Et pourtant ce film s’inscrit dans un continuum du polar, du film noir, qui a fait les heures de gloire du film hollywoodien.

Date de sortie 25 octobre 1967 (1h45min)

Réalisé par Jean-Pierre Melville

Avec Alain Delon, François Périer, Nathalie Delon

Nationalité Italien , français

Jef Costello dit le Samouraï, est un tueur à gages. Il exécute ses contrats froidement, de la façon la plus anonyme possible. Il n’a nulle existence en dehors de sa profession. Alors qu’il sort du bureau où git le cadavre de Martey, sa dernière cible, il croise la pianiste du club, Valérie. Il est arrêté par la police parmi d’autres suspects. En dépit d’un bon alibi, il est suspecté du meurtre par le commissaire chargé de l’enquête. Lorsqu’elle est interrogée par celui-ci, la pianiste feint ne pas le reconnaître. Les témoignages étant contradictoires, il est relâché. Mais les commanditaires du meurtre ne le voit pas de cet œil.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

scroll to top