Faillite du système banquaire

[dropcap style="inverted"]L[/dropcap]es institutions bancaires ont désormais réussi à convaincre les régulateurs et les politiciens, tout en s’en persuadant elles-mêmes, de la nécessité de disposer d’une panoplie complète de plans de sauvetage, de subventions et de créances. Faute de quoi, préviennent-elles, l’ensemble de l’économie serait en  danger. Anat Admati, professeur de finance et d’économie, en collaboration avec Martin Hellwig, économiste, se livrent à une démolition en règle des arguments avancés par les établissements bancaires et expliquent, dans un langage accessible illustré d’exemples simples, quoique parfois répétitifs, les contradictions et les erreurs qui obligent la société à assumer les prises de risques excessives du secteur bancaire.

A propos des auteurs
*Anat Admati est professeur de finance et d’économie à l’université de Stanford. *Martin Hellwig est directeur du Max Planck Institute for Research on Collective Goods. (http://www.getabstract.com/fr/resume/industries/les-habits-neufs-des-banquiers/19825/ ) LA FAILLITE DU SYSTÈME BANCAIRE http://www.mediapart.fr/es/journal/economie/dossier/la-faillite-du-systeme-bancaire ANALYSE : http://www.mediapart.fr/journal/type-darticles/analyse POUR EN FINIR AVEC A DICTATURE DES BANQUIERS Mediapart,13 octobre 2013 | par Philippe Riès http://www.mediapart.fr/biographie/26917 Non traduit en français, "The Bankers' New Clothes" (de Anat Admati et Martin Hellwig) débusque les croquemitaines de la propagande bancaire et plaide avec conviction pour une augmentation massive du capital des banques et leur éclatement en entités plus petites. http://www.mediapart.fr/journal/economie/121013/pour-en-finir-avec-la-dictature-des-banquiers
Pour compléter
LA GRANDE POMPE À PHYNANCES http://www.arte.tv/guide/fr/046522-001/la-grande-pompe-a-phynances Mardi 29 octobre 2013 à 20 h 50 (90 min) Peut-on encore arrêter la finance folle ? Une enquête magistrale au cœur d'un capitalisme financier que plus personne ne maîtrise. Ce premier volet revient sur le fameux jeudi noir d'octobre 1929 à Wall Street, pour montrer comment une crise boursière se transforme en crise bancaire, puis économique. Dans ce premier volet, les auteurs remontent au fameux jeudi noir d'octobre 1929 à Wall Street, pour montrer comment une crise boursière se transforme en crise bancaire, qui elle-même se développe en crise économique mondiale. Des barons
voleurs d'hier aux golden boys des années Tapie, des accords de Bretton Woods à la création de l'euro, il retrace ensuite les différentes étapes qui ont conduit à la libéralisation des flux financiers. Assurances, produits dérivés, fonds spéculatifs (hedge funds)… : les dispositifs techniques se succèdent npour accroître les profits, augmentant toujours plus le risque et la fraude systémiques. Pourquoi faut-il donner de l'argent public aux banques privées en faillite ? C'est par cette question sans ambiguïté que s'ouvre ce passionnant documentaire qui nous entraîne dans les arcanes d'un système financier devenu incontrôlable. Y répondre n'était pas gagné d'avance, tant est opaque l'univers de la finance. Mais Jean-Michel Meurice et Fabrizio Calvi (déjà coauteurs pour ARTE de Série noire au Crédit Lyonnais et de ELF : les chasses au trésor/) nous ont habitués depuis longtemps à traiter sous une forme accessible des dossiers complexes. Noire finance s'inscrit dans cette veine : un montage très éclairant de propos de spécialistes, émaillé de scènes d'animation, retrace l'histoire politique des déréglementations qui ont abouti à la financiarisation de l'économie mondiale, au profit d'une spéculation criminelle. http://www.arte.tv/guide/fr/046522-001/la-grande-pompe-a-phynances
A VENIR …
Dimanche 3 novembre 2013 : 3D par Stéphane Paoli, de 12h à 14h Les habits neufs des banquiers Pourquoi le secteur bancaire pose problème et quelles sont les solutions pour y remédier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

scroll to top