Ciné-repas : Howard Zinn, une histoire populaire américaine

Date / Heure
Date(s) - jeu 25/02/2016
19 h 30 min à 23 h 00 min

Emplacement
L'Assemblée

Catégories


La Lorgnette propose

PREMIER VOLET : DU PAIN ET DES ROSES

Un film de Olivier Azam et Daniel Mermet

«Tant que les lapins n’auront pas d’historiens, l’histoire sera racontée par les chasseurs.» (Daniel Mermet)

Au Début du XXème siècle, les parents d’Howard Zinn, débarquent d’Europe de l’Est à Ellis Island, comme des millions de migrants qui rêvent de terre promise, qui rêvent de fortune, qui rêvent simplement d’une vie meilleure… Ils découvrent l’Amérique.

Du pain et des roses est le premier long métrage d’une trilogie en cours de réalisation qui va parcourir l’histoire populaire des États-Unis de Christophe Colomb à nos jours, à travers l’histoire personnelle extraordinaire de Howard Zinn, historien des lapins.

HOWARD ZINN
howard_zinn2Howard Zinn est né en 1922, à Brooklyn, dans une famille d’immigrés. Il est mort le 27 janvier 2010, laissant derrière lui de nombreux ouvrages importants dont l’incontournable Histoire populaire des Etats-Unis, de 1492 à nos jours (éditions Agone). Howard Zinn a traversé le 20ème siècle sans se contenter de l’observer.

Formé à la lutte des classes dans les rues du New York de la grande dépression des années 30, jeune ouvrier d’un chantier naval, il s’est ensuite engagé dans la Seconde Guerre mondiale comme bombardier dans l’US Air Force, pour combattre le fascisme en Europe. Bouleversé par le bombardement (inutile) de Royan au napalm et par les conséquences de Hiroshima, il va s’engager toute sa vie contre la logique de guerre qui se masque derrière ce que son ami Noam Chomsky désigne comme «la doctrine des bonnes intentions».

Dans l’ambiance du maccarthysme d’après-guerre, Howard Zinn décide de se lancer dans des études universitaires d’Histoire, auxquelles il a accès gratuitement en tant que vétéran. Son premier poste de professeur, il l’obtient au Spelman college, une université d’étudiantes afro-américaines du sud des Etats-Unis. Il prend alors part activement dans les mouvements pour les droits civiques des noirs américains, contre la ségrégation raciale. Il prend part à la résistance non-violente des étudiants, les manifestations, les sit-in, les freedom rides, les procès… La pratique de la désobéissance civile traverse les Etats-Unis des années 50 et 60 marque la pensée de Howard Zinn.

LE PROJET ZINN

zinn-raconteAvec l’énorme succès de son livre Une histoire populaire des Etats-Unis, Howard Zinn a changé le regard des Américains sur eux-mêmes. Zinn parle de ceux qui ne parlent pas dans l’histoire officielle, les esclaves, les Indiens, les déserteurs, les ouvrières du textile, les syndicalistes et tous les inaperçus en lutte pour briser leurs chaînes. A Paris et à Boston nous avons eu la chance de rencontrer Howard Zinn et de le filmer, toujours stimulant et fraternel. À la fin Zinn disait « Je veux qu’on se souvienne de moi comme quelqu’un qui a donné aux gens des sentiments d’espoir et de pouvoir qu’ils n’avaient pas avant ». Voilà exactement ce qui nous a donné envie de réaliser ce projet.

Au total, trois parties sont prévues au fil de la vie et de l’oeuvre de Howard Zinn, à travers laquelle on se balade dans Une histoire populaire des Etats-Unis.

La suite est en construction.

Dans la suite, on reviendra au début d’Une histoire populaire des Etats-Unis avec l’arrivée de Christophe Colomb qui commence par le massacre des Indiens… et se poursuivra par la conquête permanente de nouveaux territoires et de nouveaux marchés. Howard Zinn naît dans les années folles où explose la société de consommation, la grande dépression, les luttes partout dans le pays, le New Deal. Ses copains plus âgés s’engagent dans les brigades internationales en Espagne. Volontaire dans l’US Navy, le jeune lieutenant Zinn découvre la ségrégation que subissent les soldats noirs, participe au bombardement de Royan. Avec Hiroshima et Nagasaki, sa vision du monde va changer : «Si l’ennemi est mauvais, nous ne sommes pas pour autant les bons».

Après la seconde guerre mondiale, c’est la guerre froide, «la chasse aux sorcières». Surveillé par le F.B.I., le jeune vétéran Howard Zinn devient professeur d’histoire, grâce à la bourse du G.I Bill. Avec son premier poste dans un collège d’étudiantes noires du sud des Etats-Unis, il se retrouve au coeur de la grande révolte des droits civiques des années 1960, prolongements des luttes des abolitionnistes du siècle précédent. Viré de son poste, H. Zinn s’engage dès le début contre la guerre du Vietnam avec son ami Noam Chomsky. Des premiers lanceurs d’alerte qui ont révélés les papiers du Pentagone à Edward Snowden, l’Histoire continue.

Ciné/repas: 18 € (hors boisson), 15 € pour les usagers assidus.
Renseignement & Réservation au 04 71 03 35 04.
www.lassemblee.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

scroll to top