La Covid et la Tête Pleine

Publié le | par

De cette interminable crise sanitaire et depuis un an maintenant que nous jouons les hikikomori par intermittence, sans doute est-il temps de poser un bilan. Mariant la profondeur d’une enquête et la subjectivité d’une tribune, cet exercice vise à aider à relire les mois écoulés, loin de l’infodémie quotidienne à laquelle nous sommes gavés bon gré mal gré. Et enfin à donner une vision politique de l’avenir que nous devons écrire ensemble. Encore une fois, avoir des informations probantes est un des paramètres indispensables, pas suffisant, pour espérer que chacun de nous, en tant que citoyen, se construise une opinion éclairée. C’est un peu l’ADN de LaTéléLibre que de viser cet idéal. Pour ce qui est de l’ARN…

L’expertise scientifique ne suffit pas toujours à générer la conviction nécessaire à l’acceptation de toute mesure. Quand il est affaire de santé publique, le rationnel le dispute difficilement au ‘bon sens’, à l’affectif, à l’émotion. Il faut avouer que les producteurs et experts de diagnostics sur les effets économiques, sociaux, psychologiques et générationnels de la crise épidémique que nous traversons n’ont jamais manqué de nous déboussoler chaque jour un peu plus. Depuis douze mois maintenant, la frontière est ténue entre confiance et méfiance.

Passé les premières semaines où chacun a observé la chute vertigineuse des émissions de CO2 comme un horizon optimiste des possibles, où beaucoup se sont plu à croire que tout allait changer au sortir de cette alerte, l’impact psychologique de cette longue période s’est révélé finalement indiscutablement négatif. Pessimiste.

Que d’insouciance évanouie entre notre société de la cueillette et l’apogée de cette économie agraire et marchande. Mais la réalité nous fait face, frontalement : le retour des épidémies concerne tout autant l’Europe que d’autres régions du monde, en dépit des progrès considérables de la médecine et de la virologie. Le temps de la panique révolue, il est sans doute encore temps d’agir, de reléguer toute procrastination. Contre ce choc. Contre ceux à venir. Et pour contrecarrer enfin les tendances à plus long terme dont la survenue est prédite depuis lulure. Cette épidémie n’est pas qu’un simple aléa naturel. Elle n’est que la partie émergée de l’iceberg des événements impactants qui se jouent chaque année de part le monde, sous nos radars médiatiques occidentaux.

Si cet ébranlement aura grippé par surprise notre réflexion, la peur n’aidant pas à la sérénité des débats, nous souhaitons alors participer, par ce dossier, à une prise de conscience, une analyse dénuée de passion, loin de la dictature de l’émotion désordonnée.

=> Pour lire la suite : Dossier publié par LaTeleLibre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

scroll to top