Culte ou Culture, pourquoi choisir

Le Ciné Dyke fermé depuis de longs mois a ouvert ses portes pour recevoir les acteurs de la culture ce jeudi. Les «faiseurs» de culture, les «façonniers» pour reprendre un terme qui vient de l’artisanat, se sont réunis pour échanger et débattre, mais surtout pour attirer l’attention sur les répercussions désastreuses du confinement et des mesures de protection sanitaires sur la culture.

Depuis des mois, l’inquiétude grandit face à des décisions incompréhensibles et  incohérentes : fermeture de toutes les salles, arrêt total des représentations, quelque soit la discipline, théâtre, danse, musique, cinéma… Pourtant tout le monde s’accorde pour dire qu’il est possible d’organiser la plupart des salles afin d’assurer la sécurité sanitaire. Une salle de cinéma n’est pas plus dangereuse qu’un supermarché ou un lieu de culte.
Ce rendez-vous au Ciné Dyke du Puy-en-Velay a rassemblé quelques dizaines de personnes à l’appel de Guy Reynaud, le gérant qui remarque « Il y aura des milliers de personnes ce week-end dans les galeries marchandes alors que les cinémas resteront fermés ! ». Diverses prises de paroles mettent l’accent sur les incohérences  « On a interdit aux scolaires d’aller au théâtre ou au cinéma, mais ils peuvent aller à la piscine ? » « Depuis le début de la pandémie, aucun foyer n’a été détecté dans un cinéma ou un théâtre », rappelle Patrick Bourret. « La culture contribue pourtant à la réflexion et à l’émancipation. Les artistes et la culture rêvent le monde ! Mais nous ne sommes pas des rêveurs utopistes.»
« Au-delà de la défense de nos métiers, un acte culturel c’est forcément en collectif pour partager des émotions », rappelait Hervé Marcillat. « C’est comme nous amputer… » « Les enfants ne voient plus que des personnes masquées. Ils ne savent plus ce qu’est un nez, ou une bouche… », avoue avec émotion une musicienne intervenant dans les crèches. « Où est la logique médicale quand d’un côté on maintient fermé les théâtres, cinémas et musées et que de l’autre on autorise l’ouverture des lieux de cultes ? Faut-il rappeler la casse sociale inédite pour un secteur qui compte plus de 8 millions de personnes, dites “non essentielles” ? Tous les travailleurs qui ont une activité discontinue : les intérimaires, les saisonniers et vacataires, les extra de l’hôtellerie, la restauration et l’activité nocturne, les professionnels de la culture et de l’événementiel rassemblant la technique, l’artistique, mais aussi la sécurité, l’entretien, l’accueil, la billetterie. Nous ne contestons pas les mesures sanitaires, bien au contraire. Nous les appliquons scrupuleusement. Mais la distanciation requise et nécessaire ne doit pas nous empêcher d’être ensemble. L’expérience collective d’une représentation de théâtre, d’une séance de cinéma, par le partage de l’imaginaire, les émotions, le sens qu’elle suscite, par l’humanité qu’elle célèbre, est aussi un médicament puissant. » En tout cas indispensable pour la santé mentale.

La culture c’est non seulement du spectacle que l’on consomme ou que l’on fabrique, des livres, des DVD, mais c’est surtout ce qui nous construit. Ce qui nous unis, ce qui forge et construit la société. C’est le socle commun social, ce socle qui fait de nous une communauté : la communauté village, la communauté rue, la communauté ville, la communauté Nation. Et cette construction est en travail permanent, quelle que soit l’histoire.
La culture à l’arrêt c’est ce socle commun qui est en danger. Ce socle commun qui continue toujours à se construire, vaille que vaille, mais sur quelles bases ? Qui va forger notre société ? Une société où chacun sur son écran individuel, un ordinateur individuel, ou pire, sur son téléphone, se nourrit d’un contenu différent.
La culture c’est aussi la pensée. Fabriquer un spectacle, fabriquer une musique, c’est construire de la pensée. Regarder un film ensemble, regarder un spectacle ensemble, c’est penser ensemble. Certes il faut vaincre le virus et faire passer la santé publique au premier plan mais quid de notre santé mentale ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

scroll to top