Les coulisses de la première « une » de Charlie sur Mahomet

Ce texte est paru il y a presque dix ans, en mai 2006, juste après l’affaire des caricatures. Un Hors-série « Charlie Blasphème » écrit par Caroline Fourest et Fiammetta Venner, illustré par Charb et Luz.

cartoons_00

Le jour où l’affaire éclate (tous danois)

Lundi 30 janvier. Les dépêches AFP tombent les unes après les autres. La reparution de douze dessins bien anodins en Norvège semble susciter une réaction en chaîne tardive surexcitée et surtout incroyablement disproportionnée. Une seconde affaire Rushdie s’annonce, beaucoup plus chaude. Et cette fois, les défenseurs de la libre expression sont sacrément plus timorés. Interviewés dans les médias, plusieurs membres de la rédaction (notamment Philippe Val et Caroline Fourest) pensent que tous les médias devraient reproduire ces dessins, « par solidarité et par principe ». Pour informer d’abord. Que les gens puissent voir par eux-mêmes et juger. Pour briser le boycott ensuite. Tous Danois ! Philippe se propose même d’appeler lui-même plusieurs responsables de journaux pour qu’on fasse le coup ensemble. Car si tout le monde publie en même temps, et si le mouvement gagne l’Europe, le nombre de cibles se multiplie et la solidarité brise le danger… La rédaction de France Soir, que nous n’avons pas contactée, semble avoir fait le même raisonnement. Le 1er février, ils publient les fameux dessins. Nos collègues des autres journaux vont-ils suivre par solidarité, même si ce n’est plus un scoop ?

La conférence de rédaction (tous ensemble)

Jeudi 2 février, jour de la conf de rédac’. Le matin même, les radios viennent d’annoncer le limogeage du directeur de la rédaction par le patron de France-Soir. À la rédac, tout le monde est abasourdi. On s’attendait à devoir débattre âprement mais tout le monde est soudé. Nous ne sommes peut-être pas toujours d’accord sur la façon la plus habile de traiter de l’antisémitisme ou de l’islamisme, mais nous sommes tous journalistes à Charlie parce que nous aimons cette liberté de ton ne fléchit pas devant l’ordre moral, d’où qu’il vienne. D’autant que si les religieux se serrent les coudes dans cette affaire, certains antiracistes jouent les jaunes en dénonçant la publication des caricatures comme une « piteuse provocation ». « Si on recule, c’est Munich », dira Philippe dans la presse.

N’empêche, on sait que l’on prend une sacrée responsabilité. D’ici à ce que le numéro sorte, d’autres journaux devraient avoir publié les caricatures, ce ne sera donc pas un événement, mais nous sommes un journal satirique, avec des dessins, dont beaucoup plus exposé à énerver. Les dessinateurs surtout sentent la pression. Va falloir se renouveler tout en tapant juste.  

wolinskietcabu_462119_800x600

  Le bouclage (tous un peu pâles)

Ambiance studieuse à la rédaction. « Ben moi les gars, je vous le dis : j’ai peur » ! dit Wolinski avant de se remettre à ses crayons. Philippe, qui planche sur son édito, passe la tête en souriant « C’est super courageux Wolin… de le dire !». Toutes les unes, même celles qui finiront peut-être au panier ou en quatrième de couverture du journal, sont affichées au mur. Et tout le monde tourne en rond religieusement devant.

Une équipe de télé suivant Cabu nous filme en train de méditer. Hum… C’est pas encore ça. C’est pas encore assez bon. Un dessin surtout nous fait tous tiquer. « Euh, celui pour le coup, il est pas irrévérencieux, il est franchement raciste, qu’est-ce que tu en penses ? » On défile devant le sacrilège (car à nos yeux le blasphème n’en est un mais le racisme oui) « Ah oui, celui-là, franchement, il est limite ». Ce sera le panier. Par contre, ceux sur Jésus avec un bâton de dynamite dans le cul, il a beau être gore, on ne peut pas s’empêcher de sourire… Pour expier. En tout cas, ça défoule. Et surtout on risque au pire un procès !

De toute façon, on a décidé que toutes les religions en prendraient pour leur grade dans ce numéro. On a même hésité à faire la couv’ sur Jésus, mais on sait tous que ce serait une façon de botter en touche. Pour ne pas avoir à endurer le soupçon d’ « islamophobie ». Un peu lâche…

conference-redaction-charlie-hebdo-2006

Le choix de la couv’

Pour lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

scroll to top