Ciné Buffet : Free Angela

[aesop_parallax height= »750″ img= »http://www.lalorgnette.info/wp-content/uploads/2014/10/Affiche.jpg » parallaxbg= »on » caption= »Un film de Shola Lynch, Sortie en salle le 3 avril 2013. Documentaire 1h37 – USA/France – 2012
 » captionposition= »bottom-right » lightbox= »on » floater= »on » floaterposition= »left » floaterdirection= »down »]

Free Angela & all political prisoners raconte l’histoire d’une jeune professeure de philosophie, née en Alabama, issue d’une famille d’intellectuels afro-américains, politiquement engagée.

Un film de Shola Lynch, Sortie en salle le 3 avril 2013. Documentaire 1h37 – USA/France – 2012

Durant sa jeunesse, Angela Davis est profondément marquée par son expérience du racisme, des humiliations de la ségrégation raciale et du climat de violence qui règne autour d’elle.

Féministe, communiste, militante du mouvement des droits civiques aux Etats-Unis, proche du parti des Black Panthers, Angela Davis s’inverstit dans le comité de soutien aux Frères de Soledad, trois prisonniers noirs américains accusés d’avoir assassiné un gardien de prison en représailles au meurtre d’un de leur codétenu.

Accusée en 1970 d’avoir organisé une tentative d’évasion et une prise d’otage qui se soldera par la mort d’un juge californien et de 4 détenus, Angela devient la femme la plus recherchée des Etats-Unis. Arrêtée, emprisonnée, jugée condamnée à mort, elle sera libérée faute de preuve et sous la pression des comités de soutien internationaux dont le slogan est FREE ANGELA !

[Best_Wordpress_Gallery id= »4″ gal_title= »Angela Davis »]

Biographie

Devenue un symbole de la lutte contre toutes les formes d’oppression : raciale, politique, sociale et sexuelle, Angela Davis incarne, dans les années 70, le « Power to People« . Avec sa coupe de cheveux « boule » et sa superbe silhouette elle lancera, malgré elle, la mode « afro », reprise à cette époque par des millions de jeunes gens.

Quarante ans plus tard, à l’occasion de l’anniversaire de l’acquittement d’Angela Davis, Shola Lynch, avec Free Angela & all political prisoners, revient sur cette période cruciale de la deuxième partie du XXe siècle.

Toujours engagée, militante abolitionniste, l’icône Angela continue le combat.

Elle est née le 26 janvier 1944, à Birmingham, en Alabama à une époque où le racisme et les troubles politiques faisaient rage. Ses parents étaient enseignants, et dès son enfance, la petite Davis était plongée dans le milieu communiste, et reçoit déjà les influences de ce qui sera ses conceptions politiques, et ses convictions philosophiques.

En 1960, elle passe deux ans à étudier, à l’Ecole de Francfurt sous la direction de Theodore Adorno. De 1963 à 1964, elle suit des cours à Paris, puis elle rentre dans le Massachusetts à l’université de Brandeo. Après avoir obtenu sa licence en 1965, elle part en Allemagne pour ses études plus approfondies. De nouveau aux Etats Unis en Californie à l’université de San Diego, elle reçoit sa maîtrise en 1968. C’est à cette même année qu’ elle devient membre du parti communiste, et des blacks panters. Son investissement dans ses 2 groupements lui valurent d’être surveillée de très près par le gouvernement des Etats Unis.

Après avoir enseigné pendant 1 an à l’université de Californie à Los Angeles, elle est renvoyé. Ce licenciement était principalement dû à son appartenance au parti communiste. En 1970 elle devient la troisième femme dans l’histoire à être inscrite sur la liste des personnes les plus recherchées par le FBI.

Accusée de conspiration pour libérer Georges Jackson, le FBI estimait que Angela Davis avait armé des prisonniers dans la Cours du Conté de Marin. Elle dut passer 2 semaines à fuir la police. A cette époque on pouvait voir une pancarte affichée dans de nombreuses maisons, où on pouvait lire : «  Angela notre sœur, tu es la bienvenue dans cette maison« .
 Elle fut finalement découverte par la police dans un hôtel après avoir été accusée de meurtre et de kidnapping. Elle passa 16 mois en prison puis fut acquittée de toutes ses charges.

En 1971, ses essais dans lesquels elle détaille sa croyance en la doctrine communiste et ses pensées sur l’oppression raciale sont publiés.
 Puis convaincue par ses amis,
 elle écrit son autobiographie et se présente aux élections de 1980, sous les couleurs du parti communiste.
 Women, Race and class publié en 1981 devient un classique du féminisme. En 1989 elle publie la première collection de ses discours de 1983 à 1987, intitulé Women, Culture and politic. 
De nos jours, Angela Davis continue son combat politique et social. C’est une théoricienne accomplie et cultivée, elle enseigne à l’Université de Californie à Santa Cruz et continue à faire des discours.

 => Voir l’agenda pour connaître la date et le lieu de diffusion ICI.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

scroll to top