Assurance chômage : la casse

Lors de la séance de négociations sur l’assurance chômage qui a eu lieu le jeudi 13 février au siège du Medef, la délégation patronale a maintenu ses positions les plus dogmatiques et les plus rétrogrades : baisse des droits pour tous, en particulier pour les salariés précaires relevant de l’activité réduite, les intérimaires ou bien encore les intermittents du spectacle.

SDC10762[dropcap style= »inverted »]P[/dropcap]our les artistes et techniciens du spectacle vivant et enregistré, le patronat entend transférer le financement des annexes 8 et 10 à l’Etat. Or, les professionnels du spectacle n’ont pas choisi la précarité mais des métiers qui les y contraignent : ils et elles le payent cher, notamment en période de crise violente aggravée par les mesures d’austérité budgétaires.

Le Medef a choisi le bras de fer et refuse toute discussion des propositions syndicats de salariés. C’est pourquoi ceux-ci demandent des engagements clairs du gouvernement afin que soient garantis les droits sociaux des salariés.

Dans le prolongement de l’appel des syndicats à la mobilisation des salariés et des privés d’emploi, la fédération CGT du spectacle appelle les professionnels du spectacle à participer aux assemblées unitaires à Paris et en régions qui vont être organisées dès les premiers jours de la semaine prochaine pour préparer une riposte lors de la prochaine négociation qui aura lieu le 27 février prochain.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

scroll to top