Loi travail : retour à l’Assemblée

Alors que le projet de loi travail a été adopté au Sénat ce mardi soir, l’intersyndicale a organisé une votation citoyenne au sein d’entreprises privées comme publiques.

Après quatre mois de protestation, les syndicats demandent toujours le retrait de la réforme du code du travail. En Haute-Loire, ils invitaient chacun à les rejoindre à midi devant la préfecture du Puy-en-Velay, pour déposer un bulletin de vote.  Selon les services de l’Etat, ils étaient environ 150 à se réunir ce mardi midi devant les grilles de la préfecture du Puy-en-Velay.

Quelle est la portée symbolique de cette votation ?

Pour la CGT uniquement, on recense près de 2 850 votes, dont plus de 2 700 sont contre ce projet de loi (et 119 y sont favorables). Le retrait de ce projet de loi est donc demandé. Les résultats des votes de chaque syndicat sont ensuite centralisés et déposés symboliquement en préfecture. Chaque confédération a communiqué les résultats de la votation à l’Elysée, où les syndicats étaient reçus ce mardi.

Pierre Marsein votation citoyene cp Zoomdici

Pierre Marsein est le secrétaire départemental de la CGT. Quelle est la portée de cette votation symbolique ? Rappeler au gouvernement qu’il est minoritaire dans ce combat, comme vous l’affirmez ?

ECOUTEZ la réponse de Pierre Marsein

L’intersyndicale va-t-elle prendre des vacances ?

Pierre Marsein est le secrétaire départemental de la CGT. Avec l’arrivée de l’été, le mouvement ne risque-t-il pas de s’essoufler ? Les manifestants sont-ils toujours mobilisés malgré les pertes de salaire ? Vous évoquez des mouvements en septembre, ce qui signifierait une pause durant l’été ?

ECOUTEZ la réponse de Pierre Marsein

Le projet de loi travail a été adopté au Sénat ce mardi 28 juin 2016 par 185 voix pour et 156 contre, avec de nombreux amendements. Les deux sénateurs de Haute-Loire (Gérard Roche et Olivier Cigolotti, tous deux UDI) ont voté pour. Maintenant, le texte repart à l’Assemblée nationale. Ce mercredi, syndicats et patronat sont reçus à Matignon.

« Le retrait de la loi El Khomri est une exigence majoritaire »

Selon l’intersyndicale, « le retrait de la loi El Khomri est une exigence majoritaire » car « les organisations syndicales qui n’acceptent pas cette loi représentent plus de 60 % des salariés ». Et les syndicats déplorent : « au lieu d’écouter nos revendications, le gouvernement menace d’interdire les manifestations, il assimile les manifestants à des casseurs ».
Dans son appel à manifester, l’intersyndicale ajoute : « nous sommes déterminés et nous le resterons. Oui, nous préserverons la hiérarchie des normes, et nous empêcherons qu’il y ait un code de travail défini entreprise par entreprise ! Oui, nous défendrons la médecine du travail, comme l’inspection du travail !
Non, nous ne laisserons pas faciliter les licenciements ! Privé, Public, lycéens, étudiants, retraités, chômeurs, nous sommes tous concernés ».

Ce mardi, entre 64 000 et 200 000 personnes ont défilé, dans toute la France, pour cette 11ème journée d’action contre la loi El Khomri.

Maxime Pitavy

Mardi 5 juillet, début du débat parlementaire du projet de loi de casse du code du travail
Députés, ne votez pas cette loi !
Les modifications annoncées sont le résultat de nos mobilisations, mais le coeur régressif du projet demeure : des droits inférieurs aux conventions collectives et au code du travail.
Vals c’est la minorité du 49-3, Nous la majorité du salariat
RETRAIT DU PROJET DE LOI

mardi 5 juillet 2016
Grèves, Arrêts de travail
RASSEMBLEMENT A 17H SUR LE BREUIL AU PUY-EN-VELAY

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

scroll to top