C’ETAIT MIEUX DEMAIN

Print Friendly, PDF & Email

Cette année, le collectif mute !

Il opte pour une autre formule: il fera l’expérience d’une réalisation collective dans un lieu unique.

C’est au théâtre Mayapoque sera réalisée une oeuvre éphémère par les participants de l’exposition.

Voilà qui bouscule les habitudes des 6 précédentes éditions de l’exposition désormais attendue « Viens chez moi, j’expose chez la voisine ».

Cette formule itinérante présentait l’inconvénient de ne pas pouvoir être vue dans sa totalité en une journée.

 

… Mais le concept n’est pas abandonné pour toujours…

Nous remercions vivement tous nos amis hôtes qui ont jusqu’ici généreusement ouvert leur appartement, leur maison, leur cour ou leur jardin aux visiteurs avec qui des dialogues fructueux ont pu s’établir.

Ils restent nos partenaires privilégiés et nous les invitons cette année à participer au vernissage ainsi qu’à l’installation si le projet leur agrée.

Nous trouverons ensembles de nouvelles formes de collaboration si le concept de « Viens chez moi » venait à changer durablement.

Les oeuvres d’une trentaine d’artistes impliqués dans cette exposition, seront installées dans la cour du théâtre, et à l’intérieur du théâtre lui même: installations, peintures, sculptures, lectures, performances.

 

Invités par les responsables du Mayapo, nous manifesterons par notre implication artistique, notre solidarité avec les responsables et animateurs du merveilleux petit théâtre qui risquait de fermer définitivement ses portes après  plus de 35 ans d’activité, au grand regret des enfants passionnés et des parents qui comptaient sur ce lieu unique pour initier leurs enfants au monde formidable de la « représentation ».

Cet espace manquerait au Puy, tout comme il manque toujours un espace de libre expression ouverte à la création plastique contemporaine.

Si le concept de l’exposition change, les idées qui ont porté le collectif restent inchangées. Il s’agit, pour le groupe, de travailler hors de toute considération liée au culte de l’argent; nous refusons toute assimilation à la valeur marchande, nous n’avons pas de fantasme de « reconnaissance »personnelle.

Notre conception d’un art populaire est celle d’un art vécu comme activité intime tout autant que collective, nécessaire et indispensable, naturelle, essentiellement.

L’art en tant qu’il accompagne notre vie quotidienne, la porte parfois, la nourrit tout le temps.

L’art avant tout se vit !

L’art se partage, comme se partagent aujourd’hui d’autres biens, comme devraient et devront se partager les Biens Communs.

Comme dans un jardin, il y aura beaucoup à échanger dans une ambiance conviviale.

Vous êtes invités à vous joindre à nous tous au théâtre du MAYAPO,

4 rue du Bessat - 43000 Le Puy en Velay

Ouverture de l’exposition: 

  • Le vendredi 1er juin de 19h à 23h
  • Le samedi 2 juin de 10h à 23h
  • Le dimanche 3 juin de 10h à 17h

 

Vernissage grand ouvert le vendredi 1er juin à partir de 19h vous y êtes cordialement invités.

(En soirée il est conseillé de se munir d’une lampe torche)

Le 16 novembre 1987 lors de la proclamation, au Zénith,

de la déclaration des droits de la Culture adoptée

par les Etats Généraux de la culture le 17 juin 1987

 

         La libre communication des idées est un droit fondamental issu directement de la déclaration des droits de l’Homme de 1789 sans lequel une véritable démocratie ne saurait se concevoir.

         Et pourtant il faut bien se rendre à l’évidence, cette libre communication des idées qui implique de façon indissociable le pluralisme sous toutes ses formes, n’a toujours été qu’un droit théorique qui a connu bien des hauts et des bas au cours de notre histoire tant il est dépendant du pouvoir de l’état et du pouvoir de l’argent.

         Ainsi a-t-on vu dans les périodes d’avancée de la démocratie des possibilités d’expressions nouvelles s’affirmer dans le pluralisme de la création.

         Au contraire dans les périodes de régression de la démocratie, de régime fort, renforcement des censures directes et indirectes, de l’auto-censure, avec pour conséquence la mutilation de la pensée.

         Si cette liberté fragile est aujourd’hui tant menacée c’est qu’elle se heurte non seulement comme hier au pouvoir disons traditionnel de l’Etat mais encore plus qu’hier, au pouvoir de l’Argent qui, en s’appropriant l’audiovisuel, n’a jamais été si écrasant.

Il pèse de tout son poids pour nous imposer un modèle de société dans lequel le quantitatif est roi, l’être soumis à l’avoir.

         Et bien nous relevons le défi !

         Non, les marchants de lessive ne nous dicterons pas ce que nous devons jouer ou chanter, danser ou écrire, ils ne nous dicteront pas ce que nous devons penser !

         Au monde du plus petit dénominateur commun, nous opposons le monde des plus grands multiples !

         Au monde uniforme et rétréci, au monde de l’ennui nous proposons dans la déclaration des droits de la Culture, le monde de la création multiple et foisonnante, du pluralisme des arts, des esthétiques et des techniques, du pluralisme croisé des cultures d’ici et d’ailleurs,nous proposons le monde de la Vie !

         Car nous sommes ce qui nait, ce qui va naître, nous sommes l’avenir qui sera pluraliste ou ne sera pas.

         La présence, ici, ce soir, de centaines, de milliers d’artistes et de créateurs de toutes disciplines et aussi du public qui est au rendez-vous, prouve que la résistance est engagée et qu’elle n’est pas prête de finir !

Lettre de Jean FERRAT

recueillie par Marie Jo GIRARD à Antraigues (07)

Déclaration des droits de la Culture sur http://www.mondialisations.org/php/public/art.php?id=5847&lan=FR

Share this post

PinIt
submit to reddit

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

scroll to top