SNJ : La liberté d’informer est-elle toujours d’actualité en France

Print Friendly, PDF & Email
COMMUNIQUÉS DE PRESSE

La liberté d’informer est-elle toujours d’actualité en France

Depuis lundi matin, et le début de l’opération d’évacuation des zadistes par les forces de l’ordre, la « Zone à défendre » (ZAD) de Notre-Dame-des-Landes est devenue une zone de non-droit à l’information. Alors que le ministère de l’Intérieur a envoyé sur place 25 escadrons de gendarmerie mobile, soit 2500 gendarmes, mais aussi quatre véhicules militaires blindés, destinés à franchir les obstacles bloquant les accès, les journalistes sont, encore aujourd’hui, soit empêchés d’approcher la zone, soit interdits de filmer les heurts, soit reconduits à l’écart de la zone d’expulsion, dans une « zone presse », officiellement pour des raisons de sécurité.
Les seuls « reporters » autorisés à se déplacer sur le site et à filmer les évacuations sont une dizaine de gendarmes dotés de dossards « Presse », et équipés de caméras. Il s’agit là d’une imposture qui peut tomber sous le coup de la loi, et qui met en danger le travail des journalistes sur le terrain et même leur intégrité physique.
En même temps qu’il interdit aux journalistes de faire leur métier, le gouvernement met « gracieusement » à la disposition des rédactions ses propres images, photos et vidéos.
Première organisation de la profession, le Syndicat national des journalistes engage les rédactions à ne pas publier ces images officielles, et condamne vigoureusement cette atteinte à la liberté d’informer, inadmissible dans un Etat de droit.
Ce n’est pas la première fois que ce gouvernement se met hors la loi, dans une volonté effrénée de contrôler l’information et le travail des rédactions. Il y a quelques mois, lors de l’évacuation de la Jungle de Calais. Et il y a quelques jours, lorsque des équipes de télévision se sont vu refuser l’accès aux gares, dans le cadre de la couverture du mouvement social à la SNCF.
Le président Macron avait montré la voie, dès le début de son quinquennat, par sa volonté d’organiser en pools la couverture de ses déplacements officiels, par une tendance obsessionnelle au contrôle de son image et de sa communication. C’est probablement pour satisfaire à cette obsession qu’il va longuement occuper l’espace médiatique cette semaine.
Cet « encadrement » de l’information, au profil d’une propagande gouvernementale omniprésente, représente un réel danger pour la démocratie.

 

Share this post

PinIt
submit to reddit

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

scroll to top
Aller à la barre d’outils