«Asile et immigration», plus qu’un durcissement : de la maltraitance

Print Friendly, PDF & Email

Depuis le 16 avril, la loi que l’on appelle «Loi asile et immigration » est en débat à l’Assemblée Nationale.

Le gouvernement espérant boucler le dossier dès la fin de semaine, mais le millier d’amendements déposés n’a pas permis ce passage en force. Au sein même de la majorité un groupe d’opposant a osé déposer des amendements mais ils n’oseront pas hausser le ton. Pour la droite, c’est un texte trop timoré et Laurent Wauquiez demande d’aller plus loin encore. Il est loin le temps où il se réclamait de l’esprit du Chambon-sur-Lignon.

Les associations de solidarité qui ont suivi et épluché soigneusement les textes sont d’accords pour dire qu’il s’agit d’un net recul des droits et d’une dégradation des conditions d’accueil. La Cimade n’hésite pas à parler de « maltraitance institutionnelle ». Le Syndicat des Medecins Généralistes (SMG) dénonce «l'aggravation des conditions de vie des sans-papiers liée aux multiples refus de séjour, à la négation de leurs droits fondamentaux et à l’exclusion organisée de la part de l'Etat français, condamné à de multiples reprises par la Cour européenne des droits de l'Homme».

Pour comprendre et suivre les débats, il est important de commencer par lire les textes (En PDF ICI).

Le Gisti  (Groupe d’information et de soutien des immigré·e·s) — qui milite pour l’égal accès aux droits et à la citoyenneté sans considération de nationalité et pour la liberté de circulation— en fait une analyse détaillée et revient sur tout l’historique des textes : GISTI

La Cimade nous propose une série de vidéos expliquant et commentant les textes : ICI


Pour voir toutes les vidéos : ICI

Share this post

PinIt
submit to reddit

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

scroll to top