Microcentrale sur le Haut-Allier, l’Etat local et régional en apnée

Print Friendly, PDF & Email

Construction «sauvage» d’une micro-centrale sur la Desges © SOSLV - ERN France

La Desges est une rivière remarquable, classée en liste 1 et 2, hébergeant diverses espèces protégées dont le Saumon atlantique et la Lamproie de planer. Alors qu’elle a été identifiée il y a quelques mois par la Dreal de bassin pour accueillir des saumons de repeuplement, les travaux d’une microcentrale y ont commencé, à Chanteuges, juste en amont du Conservatoire National du Saumon Sauvage !

Sur ce chantier, découvert par hasard, suite à l’alerte d’un riverain, le béton coule en douce, et sans autorisation, sur un ancien moulin qui serait « fondé en titre » (modification d’un vieux barrage, conduite forcée sur 600 m, ...) pour une puissance maximale nette de 76 kW, soit environ 40 fois moins de puissance qu’une grande éolienne terrestre d’aujourd’hui.

Comment est-ce possible ? Pourquoi un tel projet n’a-t-il été soumis qu’à une simple déclaration, avec une consultation de façade des services locaux, sans considération des autres usages : alimentation en eau de qualité du Conservatoire National du Saumon Sauvage ; maintien du droit d’eau dans le béal de Chanteuges; respect du patrimoine paysager de cette petite commune de l’Allier? Il est incompréhensible que, sur ce dossier, la question du sauvetage d’une population de saumon unique en Europe et toujours en danger, ait été oubliée. Et déraisonnable que la Communauté de Communes des Rives de l’Allier et l’entreprise Cégélec puissent construire une installation qui va produire au mieux un centième de la production du Nouveau Poutès, en cours de reconfiguration à quelques kilomètres de là ? Où est le respect des engagements de l’Etat et de ses services pour restaurer la biodiversité aquatique ?

Développer la petite hydroélectricité n’a pas de sens, sur un axe migratoire de première importance. C’est en contradiction avec l’esprit du Plan Loire Grandeur Nature et la politique en faveur des poissons migrateurs du PLAn de GEs on des POissons MIgrateurs. Des millions d’euros sont en e et inves s depuis 1994 pour restaurer les habitats en effaçant complètement les barrages inutiles (St Etienne du Vigan, Blois, Vezezoux), en reconfigurant d’autres barrages (Nouveau Poutès) et en soutenant une population au bord du gouffre. Quand on sait à quel point les microcentrales ont abimé les cours d’eau et les populations de migrateurs, tout en ne contribuant qu’à la marge, tant leur puissance est limitée, à l’indispensable transition énergétique, quel est le sens de ce changement de cap ?

Malheureusement, ce chantier ne représente qu’une partie des projets en cours d’émergence sur la « Loire sauvage», et partout en France, du fait notamment de la politique de l’Etat de subventionner la moindre petite microcentrale, rarement écologique. Un développement outrancier de la petite hydroélectricité est un énorme gâchis pour les rivières patrimoniales de ce type et leurs territoires ruraux. Chaque projet de microcentrale doit prendre en considération le contexte énergétique local, justifier son intérêt énergétique, consulter largement à l’échelle du bassin, pour que les efforts faits par tous les acteurs (élus, scientifiques, entreprises associations, Etat) afin de restaurer la continuité écologique, améliorer la résilience de la rivière ne restent pas vains. Il faut préserver les zones à enjeux et les cours d’eau en très bon état et sauver la Desges Vivante. Stoppons le chantier de microcentrale de Chanteuges !

Affaire à suivre sur www.sosloirevivante.org

Share this post

PinIt
submit to reddit

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

scroll to top
Aller à la barre d’outils