Le citoyen n°90

Print Friendly, PDF & Email

Le Cercle Condorcet de Haute-Loire vient de publier le n° 90 de sa revue «Le Citoyen»

Nous reproduisons un article plus bas. Vous pouvez retrouver la totalité de ce n° en PDF (Télécharger ICI).

Extrait du n° 90

Face aux Migrants, le retour des murs ou : l’Europe de la honte

Les phénomènes migratoires sont devenus aujourd’hui le révélateur d’une Europe incapa- ble de répondre aux besoins de paix et de progrès de millions d’hommes, de femmes et d’enfants contraints de quitter leur pays pour fuir guerres, violences et misère, du Proche Orient au cœur de l’Afrique. Cette détresse qui tente de parvenir à nos frontières est ins- trumentalisée par des forces politiques en Europe et en France pour rassembler sur une base de peur et de rejet des populations frappées par la crise sociale, l’austérité et le chômage.

Ces déplacements massifs de populations ont révélé une effroyable crise du « modèle euro- péen », une Union Européenne qui a été capable de sauver les banques lors de la crise des subprimes en 2008, mais se refuse aujourd’hui, notamment en ce qui concerne, (entre au- tres) la Hongrie, la Pologne, l’Autriche, la Macédoine, de sauver des êtres humains tentant de gagner l’Allemagne ou les pays scandinaves pour y chercher accueil et protection. En 2015, plus d’un million de migrants ont risqué leur vie pour se réfugier sur les rives européennes et depuis le début de l’année au moins 150 000 ont accosté en Grèce et en Italie, plusieurs centaines se sont noyés ces derniers jours en Méditerranée. « Une crise migratoire d’une ampleur inégalée depuis la 2de Guerre mondiale, face à, laquelle l’U.E. et ses 507 millions d’habitants, de plus en plus divisée, se montre incapable d’apporter une réponse cohérente, humain été respectueuse des droits humains », dénonce Amnesty International. Incapable surtout de s’accorder. Le droit international et humanitaire est piétiné par des Etats paniqués.

Pourtant le 2 septembre 2015, la photo du petit syrien de 3 ans, AYLAN KURDI, noyé alors qu’il tentait de rejoindre l’Europe avec sa famille, avait ému les hommes politiques européens qui, dans la foulée, appelaient à l’action : « Insoutenable, terrible urgence d’agir »...Angela MERKEL, rejointe par François HOLLANDE en appelait à la solidarité des Etats : « l’Europe doit protéger ceux pour qui elle est le dernier espoir : elle leur est due dans le respect de la Convention de Genève ... ». L’accueil, l’euphorie ne durera pas longtemps ; l’amalgame fut fait avec le terrorisme...Bien sûr !
Le 13 septembre l’Allemagne, craignant d’être dépassée, annonce le rétablissement des contrôles d’identité à sa frontière avec l’Autriche, puis avec la France. La veille, 13 000 personnes étaient arrivées à Munich. L’objectif était de limiter l’afflux, mais c’est une en- torse à la libre circulation dans l’espace SCHENGEN... qui en entraîne d’autres ; les états voisins renforcent leurs frontières. La Hongrie bâtit un mur de 175 kms l’isolant de la SERBIE et disperses de milliers de migrants par des canons à eau et des grenades lacry- mogènes : « Pas un réfugié ne doit passer, non aux musulmans qui menacent l’identité chrétienne ! », dixit le 1er Ministre nationaliste Viktor ORBAN. C’est clair. Le droit d’asile est renié, une politique égoïste à courte vue s’instaure, encore aggravée au mois de mars : la Macédoine massacre les réfugiés du camp d’IDO MÉNÉE ; les réfugiés sont dans une impasse totale conséquence de l’accord honteux du 20 mars entre l’U.E. et la Turquie. Dans les îles grecques de CHIOS et LESBOS, les réfugiés attendent le cœur serré que leur sort soit tranché, sans illusion. Pour eux la Turquie n’est pas un « pays sûr » comme…

=> lire la suite page 14 de la revue

 

Share this post

PinIt
submit to reddit

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

scroll to top